Faisons connaissance !


veronique boujdi qui suis je

J’ai grandi dans un univers linguistique particulier. Peut-être est-ce pourquoi le langage et les langues m’ont toujours intéressés ? 

 

Enfant, j’étais intriguée par ces langues aux sonorités inconnues parlées par mes arrière-grands parents maternels ou encore par mon père et ses frères.  Je pensais ces conversations lourdes de secrets car je n'en comprenais pas un mot.  Je rêvais d'en percer le sens et de parler un jour comme eux mais seul le français m’était adressé, m'interdisant la transmission naturelle de ces langues. En une génération, les deux langues régionales de ma famille, le breton et l’occitan,  se sont ainsi éteintes pour laisser place au français, notre langue commune à tous !

Parallèlement, ma maman me racontait beaucoup d’histoires, c'est elle qui m'a donné le goût de la lecture et des beaux livres. Elle m'initiait aussi à l'anglais. De cette enfance, le plaisir des mots et une curiosité pour les langues et les cultures d’ailleurs me sont restés.

       Plus tard, j'ai étudié l'orthophonie parce que je voulais aider les enfants et les adultes en difficultés avec le langage et leur langue. A cette époque, j'ai rencontré mon futur mari aux accents berbère marocain . L’éducation linguistique de nos quatre enfants a été une grande question. Devions-nous les élever dans le bilinguisme ou le monolinguisme ? Les réponses décourageantes,  34 ans auparavant, nous avaient vite dissuadés de nous engager dans un projet d'éducation bilingue. Pourquoi transmettre à nos enfants, une langue « inutile » en France ? N' allait-on pas les mettre en difficultés pour l’école, entamer leur intelligence ou encore générer du racisme?... Aujourd’hui,  je reste amère de ne pas avoir pu trouver à qui m’adresser pour nous encourager dans la voie que nous voulions choisir. Nos enfants se trouvent privés d’une partie de leur culture, la langue de leur père, malgré un bain quotidien ! Cette culture est pourtant marquée dans leurs gènes, leur nom et un certain mode de vie. L’histoire s’est reproduite alors que je rêvais la changer ! 

  J'ai ainsi appris à mes dépens à quel point  un parent a besoin de se sentir  écouté et soutenu, à certains moments clés de l’éducation : la naissance, l’année qui précède l’entrée à l’école, les premières années d’école, l’apprentissage de la lecture, l’entrée dans l’écrit,  l’adolescence… Quand le parcours se complique pour l’enfant, c'est encore plus vrai. Garder confiance est essentiel ! Echanger, s'informer, s'enrichir de nouveaux points de vue est important et nécessaire pour affronter les doutes que tout parent traverse.

    Au cours de ma carrière,  j'ai la chance d'avoir travaillé dix ans dans une Maison des parents pilote,  en plus de mon activité d’orthophoniste . J’y ai créé et animé un grand nombre d'ateliers parents/enfants, des débats thématiques, des journées européennes des langues, des rencontres avec les livres jeunesse...Progressivement, j'ai orienté mon travail vers le conseil et la prévention, si importants à mes yeux, tout en gardant une activité de soins en institution.

J'ai ainsi acquis la certitude que les doutes des parents sont toujours à écouter. J’ai vu tant d’enfants et de parents changer : perdre leur timidité, oublier le frein de la langue,  oser partager leurs mots venus d'ailleurs, avancer malgré leurs difficultés , apprécier d’échanger autour des livres…que je souhaite aujourd'hui, offrir mon aide autrement. Les nouvelles technologies permettent cet exploit de faire tomber les barrières géographiques et d'être accessibles de chez soi , alors j'ai décidé de vous proposer mes services par la voie du net.

Répondre à vos questions, vous mettre en situation de glaner des idées, de mieux comprendre votre enfant, voilà la volonté qui m'anime !